• Fonctionnement en ateliers

    Ma classe en ateliers...

    L’organisation en ateliers

    Cet article est avant tout ma vision d’une organisation de classe en ateliers. C’est mon organisation, modifiée sur 3 ans et perfectible à souhait.

    1/ Pourquoi ? Mon constat

    Après quelques mois de CE1-CE2 à travailler avec « Faire de la grammaire en ce1-ce2 » en groupe-classe, il fallait que je me fasse une raison : je travaillais pour un tiers de la classe !

    - Un tiers de mes élèves s’ennuyait car les exercices étaient très bien faits mais très rapidement...

    - Un tiers ne comprenait pas et je n’avais pas le temps des les voir 1 par 1 dans ces séances de 40 minutes en double-niveau

    - Un tiers suivait bien et c’était productif pour eux….

    Et puis, globalement, les bons roulaient tous seuls, les faibles travaillaient beaucoup avec moi et le « ventre mou » de la classe faisait son chemin avec ou sans moi.

    J’ai donc commencé les ateliers en adaptant « Faire de la grammaire » en séances d’ateliers, puis j'ai utilisé les ateliers dans d’autres domaines. 

    2/ Les différents types d’ateliers : Groupes homogènes ou hétérogènes ?

    Formation des groupes : Je fais des groupes homogènes pour l’étude de la langue, la lecture, les maths (MHM), en remédiation le vendredi. Cela permet une différenciation évidente selon le niveau des groupes même s’ils travaillent la même compétence. Cela me permet aussi de différencier plus facilement la tâche. J’utilise les groupes hétérogènes quand l’objectif est le travail en groupe. C’est-à-dire quand des tutorats peuvent se mettre en place dans le groupe, quand ils peuvent s’apporter, s’entraider les uns aux autres. Je les utilise aussi dans le cadre de mon projet « Tour du Monde ». Il y a un point très important d’après moi : les groupes ne doivent pas être figés car cela entraînerait une rapide stigmatisation du niveau des groupes.

    Atelier dirigé : Atelier de 20 minutes max en très petits groupes ou demi-classe avec maîtresse qui alterne plusieurs phases (oral, écrit, collectif, individuel)

    Atelier autonome : Atelier pendant lequel l’enfant se retrouve seul pour effectuer une ou plusieurs tâches (20 minutes max aussi au début)

    3/ Apprendre à travailler en atelier autonome :

    Oui mais être tout seul, en CE1 pour ma part, pour travailler cela s’apprend au même titre que toutes les compétences du programme.

    Les règles des ateliers sont construites avec les élèves au fil des séances et chaque classe a des règles différentes selon la configuration de la classe, le nombre de groupes, la tolérance de l’enseignante,… : la tolérance au bruit généré, la possibilité de travailler à deux, la possibilité de se lever ou pas, comment fait-on quand on est bloqué (ou qu’ils en ont simplement l’impression…) ? Tant de paramètres propres à chaque classe.

    Ici autonomie ne signifie pas « laisser maîtresse tranquille pendant qu’elle fait autre chose » ! Leur apprendre l’autonomie c’est leur apprendre à réfléchir, apprendre à chercher des solutions, apprendre à se faire confiance, à oser faire seul, apprendre que se tromper n’est pas grave (beaucoup trichent au début).

    Certains enfants, souvent débrouillards, adoptent vite ce type d’organisation. Pour d’autres, cela se révèle être plus complexe. Ils auront besoin d’être accompagnés par l’enseignant ou par des élèves tuteurs pendant l’atelier ou pour la préparation du matériel nécessaire à l’atelier. Il faut donc prendre le temps de bien caler la mise en place des ateliers avant de travailler sur le contenu des ateliers.

    Dans ma classe, en période 1, je ne fais que des ateliers très courts et très simples pour qu’ils comprennent mes attentes et le principe d’une telle organisation. En période 2, les ateliers autonomes peuvent être un peu plus longs (maximum 30 minutes), puis en période 3, je passe au plan de travail.  (Lien vers les emplois du temps) + (lien vers article plan de travail)

    4/ Le contenu des ateliers dans ma classe :

    Je ne fonctionne pas qu’en ateliers dans ma classe mais ils concernent plusieurs domaines.

    Ateliers dirigés :

    - Découverte des nouvelles notions (français/maths/DDM)

    - Ecriture : vérification du geste plus aisée (période 1 et 2)

    - Remédiation en tout petit groupe

    - Production d’écrits : correction en temps réel en demi-groupe (après oral de cadrage et création des affiches d’étayage lexique et notions grammaticales qui se font en groupe-classe)

     

    Cf emploi du temps

     

    Ateliers autonomes :

    C’est un atelier à consigne claire et concise, que l’enfant peut réellement faire seul (exercices de réinvestissement d’une notion déjà connue par exemple) avec un cadrage horaire précis (minuteur) avec des règles précises.

    Ce qui est important pour moi c’est de varier les supports sur lesquels les enfants vont travailler en autonomie. Je ne veux pas qu’ils fassent que des fiches. Nous avons un maximum de ressources potentielles : cartes à pinces, ordinateur, logico, ardoises, jeux à manipuler, jeux dans feuilles plastiques ou plastifiés fabriqués ou trouvés sur les sites de la Communauté des Profs Blogueurs dont voici le lien  Communauté des Profs Blogueurs

    C’est pour moi aussi l’occasion pour les enfants qui ne sont pas à l’aise à l’écrit de souffler. C’est pour eux un espace où ils peuvent nous montrer ce qu’ils savent faire sans forcément une jolie fiche écrite où l’écriture va prendre 3/4 de la réflexion de l’enfant…. Dans ma classe, les ateliers, on peut les toucher, essayer, effacer, refaire, recommencer pour des erreurs ou pour le plaisir.

     

    5/ Organiser l’espace classe :

    L’espace classe doit être pensé d'abord en fonction de sa pédagogie, de ce que l'on veut faire et pour que les rotations des ateliers se fassent le plus fluidement possible et pour pouvoir accueillir les différents types d‘ateliers et de groupes.

    J’ai organisé ma classe pour qu’elle soit fonctionnelle pour le travail en ateliers avec plusieurs « coins » et divers types d’assises.

    Lien article coins de la classe + photos

     

    6/ Et maîtresse dans tout ça ?

    Travailler en atelier suppose plusieurs contraintes pour l’enseignant :

    - Changer de posture : Il faut accepter de passer du statut d’enseignant savant qui divulgue son savoir aux élèves à un statut d’enseignant guide des élèves dans leurs apprentissages. Ce passage n’est pas facile, le lâcher prise n’est pas facile. Cela prend du temps, de la patience mais je m’y retrouve clairement.

    - Préparer méticuleusement ces ateliers : Il faut réussir à anticiper chaque difficulté, chaque question, chaque réponse, chaque compétence travaillée pour que les ateliers se passent bien. Rien n’est pire qu’un groupe en autonomie avec une tâche inappropriée ou inadaptée au groupe. Cela engendre vite du bruit, des tas de questions, des angoisses pour les élèves et c’est clairement contre-productif. Le travail de préparation n’est pas plus important en quantité mais il est plus minutieux je dirai. 

    Moi ? Clairement je me sens plus utile. J’ai du temps pour chaque enfant chaque jour : les bons, les moins bons,… Du temps pour les accompagner dans leur parcours d’apprentissage. Je trouve en plus gratifiant de les voir devenir autonomes, de les voir s’expliquer les choses simplement à 2 ou à 3. Cela permet aussi de créer un vrai groupe-classe coopératif où les élèves vont s’entraider et travailler en groupe, où des élèves vont devenir tuteurs, aidants,…

    « Plans de travailCoins de la classe »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    6
    elise
    Samedi 27 Mars à 08:41

    Bonjour, 

    Bravo pour votre travail, cela me donne beaucoup d'idées.

    Pourriez-vous m'envoyer les versions modifiables de vos plan de travail ainsi que le jeu de 7 familles sur l'imparfait? 

    Merci de votre retour,

    Elise.

    5
    Cécile
    Lundi 9 Novembre 2020 à 17:23

    Bonjour,

    J'ai pris beaucoup de notes concernant votre article très inspirant pour moi.

    Je pense mettre des choses en place petit à petit et votre document est vraiment très clair pour m'y aider.

    Félicitations pour votre travail et merci de le partager avec nous.

    Cécile

      • Mardi 10 Novembre 2020 à 07:58

        Merci beaucoup pour ce commentaire plus qu'encourageant !! cool sarcastic

         

    4
    Ln
    Mercredi 19 Février 2020 à 19:05
    Bravo. Je ne suis que PES et vos article maide a y voir un peu plus clair. Quelles ont été les lectures qui ont le plus influencer votre pratique ?
    Encore bravo et merci
      • Mercredi 19 Février 2020 à 21:36

        Bonjour, 

        Pour tout dire, j'ai commencé par le premier livre de Céline Alvarez et L'Ecole du Colibri de Isabelle Peloux, puis ceux de Sylvain Connac (Apprendre avec les pédagogies coopératives, La personnalisation des apprentissages,...)  et les derniers sont ceux de Debbie Miller (centres de littéracie et de mathématiques). Clairement dans chaque livre, il y a à prendre et à laisser. Donc je me notais ce que j'aimais, ce que j'avais envie d'essayer en laissant le reste. Puis clairement, au fil des années, le verdict ce sont les élèves qui le posent car c'est eux qui nous montrent si ce que l'on met en place est efficace ou pas pour eux car tout cela dépend aussi du public d'élèves que l'on a. 

        Je suis contente de pouvoir vous éclairer un peu. Merci de votre commentaire ! 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :